Zebda - Utopie d'occase

Publié le par Oliv.

Quatre ans après le carton Essence Ordinaire, le plus célèbre représentant de la scène toulousaine a remis le couvert en 2002 (pour la dernière fois, pour l'instant). Le visuel de la jaquette, un garçon en habit de justicier masqué sur fond de bidonville et d'une carte avec indicateur de développement humain, ainsi que le titre du disque, Utopie d'occase, annoncent la couleur : Zebda veut encore croire en ses idéaux et continuer à les véhiculer.

Zebda - Utopie D'Occase

Comme on ne change pas une équipe qui gagne, surtout lorsqu'elle le fait avec la manière, Magyd Cherfi assure l'ensemble des textes alors que le groupe dans son intégralité s'occupe de la musique.

Difficile de résumer ces utopies, mais on peut dire que les thématiques sont dans la continuité d'Essence Ordinaire, alors que musicalement c'est assez différent. On sent en fait dans ce domaine une certaine influence de 100% Collègues (emmenés par le duo Amokrane) ainsi que des rappels des premiers albums de Zebda. L'ensemble s'avère très agréable à l'écoute, certains diront plutôt accessible, mais il n'y a visiblement pas de calcul derrière les choix artistiques.

L'intégralité de ce qui a toujours fait ce groupe est présent, le festif est là, le "conscient" aussi, quand ce ne sont pas les deux qui se mêlent, comme dans le titre La Fête qui musicalement rappelle l'explosion d'un On est chez nous mais présente un côté désabusé, car le refrain, qui consiste en une simple énumération de "c'est la fête !" est bien à prendre au second degré. Ce titre sonne comme un clin d'œil au morceau Je crois que ça va pas être possible, qui faisait état de nombre de situations où le délit de faciès fait que les portes se ferment, et montrent bien toute l'ironie de la chanson.

Dans la série bonne humeur, on notera l'excellent Du soleil à la toque, qui sous ses airs légers réussit tout de même à passer l'historique de l'immigration en France, depuis les "années bidonville" jusqu'à l'ère HLM, soulignant toutefois que "la vie n'était pas grise", rappelant ainsi l'attachement à la "communauté de destin" dont pouvait faire état un Né dans la rue ou encore La faucille et le marteau, dans les albums précédents.

Cet album contient en même temps une dimension supplémentaire par rapport aux trois premiers, une sorte d'introspection, d'interrogation, qui fait de ce disque "une part d'inventaire", comme un semi-bilan. Le titre le plus emblématique de cette démarche est sans doute le morceau interprété en solo par Magyd, Troisième Degré, qui relativise dans une certaine mesure l'engagement par le verbe, le remet en question même et s'achève sans réponse, laissant la question entière, comme si le recherche devait se poursuivre. Dans le même genre, on notera le magnifique Le Répertoire, qui conclut parfaitement le disque, interprété par un Mustapha parfait.

Zebda poursuit donc sur sa voie, persiste et signe. On ne tombe pas pour autant dans un système, et la remise en question et l'innovation sont bien là. En somme, on a un album plus noir certes que le précédent, mais qui sait garder juste ce qu'il faut de continuité et apporte autant que possible de nouveauté sans en rien trahir l'esprit qui guide le groupe depuis des années.
Ceux qui attendaient un "Essence Ordinaire 2" seront peut être déçus, mais le "vrai public" de Zebda saura reconnaître ici un album magnifique, qui n'a rien à envier aux autres, bien au contraire.

Le Plus Beau


Tracklist : 1.
l'erreur est humaine / 2. j'y suis j'y reste / 3. le plus beau / 4. du soleil à la toque / 5. mêlée ouverte / 6. Sheitan / 7. Ca ... la famille / 8. La fete / 9. troisième degré / 10. goota ma différence / 11. le bonhomme derrière / 12. le paranoique / 13. le repertoire

Linklist : 1. http://www.zebda.fr/

Publié dans Scène Française

Commenter cet article

Ska 19/04/2007 17:58

C'est une connerie, j'espère, quand vous dites qu'un ex-Zebda soutient Bayrou...  ???  (je m'attends à tout en ce moment...)Sinon, j'aime beaucoup Zebda mais je trouve qu'ils n'ont jamais été aussi pertinent qu'avec leur deuxième album, Le bruit et l'odeur.Tomber la chemise a peut-être indirectement tué le groupe en l'enfermant dans une image un rien faussée de groupe festif. La tendance nostalgique de certains morceaux des deux derniers albums m'a aussi moins plu que la rage des deux premiers... Reste qu'aujourd'hui, à 4 jours du premier tour, leur voix et leur engagement manquent...

Fab de l An Mil 13/04/2007 22:06

Et non, pas encore. C'est imminent mais toujours pas effectif.  ;-)

Oliv. 17/04/2007 06:30

Bon courage a ta douce pour la suite !! Et ne te ronge pas trop les onglets en attendant ! ;)

Fab de l An Mil 13/04/2007 13:03

Oui, tu peux sortir, Fuzzy, surtout quand on voit comment tu écris "Bayrou"  ;-))
Sinon, Oliv, je suis pas forcément un amateur de la musique de Zebda (leur discours me plait d'avantage, en général), mais je suis un fervent admirateur de la qualité de ta chronique. Chapeau!

Oliv. 13/04/2007 21:54

Merci beaucoup !!  Bientôt la seconde impression sur Mademoiselle K ! Et sinon c'est fait tu es papa pour la seconde fois ??

the amazing fuzzy 13/04/2007 08:48

non, non, y en a un de zebda qui a remis le couvert.... en bon soutien politique, il a choisi .... roulement de tambour ..... Bailleroux  =)oki je sors, c un blog de musique ...

Oliv. 13/04/2007 21:52

Alors je voulais seulement pour Zebda. En effet Magyd a sorti un premier album en 2004 et vient tout juste d'en sortir un deuxième. Hkim et Mouss ont également sorti leur album (pas solo, en duo ;) )